Les gestes qui sauvent

Aujourd’hui, trop peu de gens connaissent la démarche qui pourrait sauver, leurs familles, proches ou collèges…

Qu’est-ce qu’un arrêt cardiaque ?

L’arrêt cardiorespiratoire (AC) est un problème d’origine électrique qui se manifeste par un rythme cardiaque extrêmement rapide et irrégulier : c’est la fibrillation ventriculaire (cavité inférieure du cœur). Lors d’une fibrillation, la contraction anarchique du cœur ne permet plus de pomper le sang correctement. De ce fait, le cœur ne remplit plus sa fonction et l’oxygène n’est plus acheminé dans le corps. S’il n’est pas traité immédiatement, l’arrêt cardiorespiratoire peut être fatal.

Même si l’on confond souvent les deux, l’arrêt cardiaque est différent de la crise cardiaque. Une crise cardiaque est un problème circulatoire (blocage d’un vaisseau qui alimente le cœur en sang) qui peut causer des lésions cardiaques irréversibles. L’arrêt cardiaque a pour origine un problème électro-physiologique (dysfonctionnement électrique du rythme cardiaque).

Comprendre le fonctionnement du cœur

Chaque battement, le cœur pompe le sang et le fait circuler dans le réseau d’artères et de veines.

• Le sang achemine l’oxygène et les nutriments essentiels vers chaque cellule du corps.
• Il élimine les déchets métaboliques et le dioxyde de carbone.
• Les artères distribuent le sang riche en oxygène provenant du cœur dans le corps.
• Les veines ramènent le sang pauvre en oxygène au cœur et aux poumons, et le cycle recommence.

Comme tous les autres muscles du corps, le cœur a besoin d’un approvisionnement en sang oxygéné pour fonctionner. Les artères coronaires assurent cet approvisionnement.

Pourquoi le cœur s’arrête ?

L’arrêt cardiaque soudain est causé par un problème électrique dans le cœur. Il se produit lorsque le cœur commence à battre dangereusement vite, ce qui fait qu’il tremble plutôt que de pomper le sang vers l’organisme et le cerveau.

Comment reconnaître un arrêt cardiaque ?

La plupart des signes avant-coureurs et des symptômes d’une crise cardiaque sont les mêmes pour les hommes et les femmes. La personne qui fait une crise cardiaque peut présenter les symptômes suivants.

• Douleur à la poitrine, pouvant s’accompagner de sensations : 
◦ De serrement, 
◦ De malaise,
◦ De douleur semblable à un écrasement,
◦ De lourdeur, 
◦ De pression,
◦ De compression, 
◦ De ballonnement,
◦ De brûlure. 

• Douleur qui irradie, pouvant s’étendre : 
◦ À partir de la poitrine, 
◦ Du haut au bas d’un ou des deux bras, 
◦ Au cou, à la mâchoire ou aux épaules. 

• Essoufflement. 
• Pâleur, sueur et faiblesse générale. 
• Nausées, vomissements et parfois indigestion. 
• Peur et anxiété.

Si vous présentez l’un ou l’autre de ces symptômes ?

• Parlez-en à une autre personne ;
• Composez le 15, 18, 112 pour obtenir de l’aide immédiatement.

La chaîne de survie :

Trois gestes principaux doivent être retenus. Ils appartiennent à ce qu’on appelle la chaîne de survie :

• Premier geste : alerter les secours
• Deuxième geste : débuter le massage cardiaque
• Troisième geste : aller chercher et utiliser un défibrillateur

Pratiquer un massage cardiaque

Plus le massage cardiaque sera pratiqué rapidement, plus les chances de survie seront importantes. En effet, le massage cardiaque représente une activation manuelle de la pompe cardiaque permettant d’irriguer l’organisme. Il permet de retarder la détérioration des fonctions vitales et les lésions dans le cerveau.

Voici la technique :

Il faut masser le cœur de la victime pour faire circuler le sang dans le corps :
1. Allongez la victime sur une surface dure
2. Agenouillez-vous à côté de la victime
3. Positionnez vos mains l’une sur l’autre, au milieu du thorax, entre les deux seins, les bras bien tendus
4. Les bras tendus, comprimez verticalement le sternum en l’enfonçant de 5 à 6 cm.
5. Massez jusqu’à l’arrivée des secours sans vous arrêter. Si vous êtes plusieurs, vous pouvez vous relayer car le massage cardiaque peut être fatigant.
6. Après chaque pression, laissez la poitrine de la victime reprendre sa position initiale afin de permettre au sang de revenir vers le cœur.

Y a-t-il un risque de mal faire ?

On peut risquer de casser une côte mais c’est un moindre risque et faire un massage cardiaque alors que le patient n’est finalement pas en arrêt n’est pas un risque. Le seul risque est de ne rien faire. Il ne faut donc pas hésiter. Il n’y aura pas de mal à faire un massage cardiaque même à l’excès.

Défibriller le cœur

Depuis mai 2007, toute personne, même non médecin, est autorisée à utiliser un défibrillateur automatique externe. De plus en plus de défibrillateurs sont accessibles dans les lieux publics.

Comment l’utiliser ?

1. Ouvrez la housse du défibrillateur
2. Sortez-le et allumez-le « une voix électronique vous donne les instructions à suivre »
3. L’appareil fait lui-même le diagnostic et délivrera le choc ou vous demandera de le délivrer en appuyant sur un bouton si nécessaire.
4. Éloignez-vous du corps de la victime pendant que le défibrillateur délivre l’impulsion électrique. Le défibrillateur va alors vérifier si le cœur est reparti et vous donnera les instructions à suivre.

S’il n’y a pas de défibrillateur externe, on masse sans s’arrêter jusqu’à l’arrivée des secours.

En résumé, il faut Appeler, Masser, Défibriller et le poursuivre jusqu’à l’arrivée des secours qui prendront le relais. Nous sommes tous concernés par la prise en charge de l’arrêt cardiaque. Tout le monde peut agir et tenter de sauver une vie et il ne faut surtout pas avoir peur de débuter les premiers gestes. Si vous ne savez pas faire, quelqu’un peut vous guider à la régulation du 15 ou du 18.